Archives

VIVARIUM, Didier Petit, 06 septembre 2018 au 06 novembre 2018

Artiste depuis le début des années 90, Didier Petit s’intéresse à une pratique du dessin qui crée un dialogue entre surfaces et motifs. Il hérite d’une histoire de l’art où la question du lieu est devenu essentielle à l’artiste. Dans ses oeuvres, les sujets dessinés font écho à la singularité du lieu d’exposition. Ces gestes sont précis, sans exclure la répétition. Le dessin se veut descriptif, exhaustif à l’extrême, placé, ou lié à des objets mobiliers. Il met en jeu la question de la vision. Dans chacune de ses oeuvres installées, sa pratique se confronte avec ses propres limites : inversion, obscurité, multitude, ou absence. Attentif à l’approche encyclopédique d’accumulation des connaissances, Didier Petit met en scène les éléments dessinés, dans une quête impossible de savoir et d’épuisement du sens.
Pour cette résidence, ce sont des méduses qui se sont propagées sur les vitres du Pressing. Pendant tout l’été 2018, Didier Petit a choisi ces formes et construit son dessin, sur de longues plages de temps. Il convoque un sujet, mythologique et réaliste, et sa position dans le milieu aquatique. De jour comme de nuit, le lieu d’exposition est devenu une évocation de ces fonds marins, entre surfaces et profondeurs lapis-lazuli. Une plongée à l’intérieur de Vivarium offre aux visiteurs une vision plus contemplative dans les
formes dansantes des reflets, et dans les séquences dessinées du dispositif. Didier Petit dessine comme d’autres brodent, aspiré par le motif et l’étirement du temps. Cette résidence a été l’occasion d’une plongée dans la couleur et d’une scénographie nouvelle, celle d’un petit microcosme aquatique. Pour cette première exposition de
l’année,Vivarium pose son bleu et ses êtres gélatineux dans le tissu urbain de la ville.
Angela Freres

Entretien Didier Petit

http://www.documentsdartistes.org/artistes/petit/repro.html

https://www.leseynois.fr/vivarium-le-6-septembre-a-la-galerie-le-pressing/

Les méduses de Didier Petit, Film de Isabelle Camps